Inversement, on observe une augmentation sensible d’une demande de régulation des marchés. Peu surprenantes, ces réponses sont étroitement corrélées : là où la confiance est en baisse, on note aussi une augmentation des demandes de régulation. Particulièrement prononcée en Corée du Sud et au Chili (où l’opinion favorable a chuté respectivement de 15 et de 14 points depuis le sondage précédent, réalisé en 2005), au encore en Turquie, devenue désormais le pays le plus méfiant à l’égard du marché (les opinions favorables n’étant plus émises que par 34 % des personnes interrogées, contre 47 % en 2007).

La France, longtemps quasi-lanterne rouge mondiale en matière d’amour pour l’économie de marché, remonte la pente avec désormais 41 % d’opinions favorables, à comparer aux 36 % observées en 2005.

Cette double tendance est également constatée dans des pays aussi différents que le Royaume-Uni, la Chine ou encore le Kenya. Les auteurs de l’étude observent, non sans étonnement, que la France, longtemps quasi-lanterne rouge mondiale en matière d’amour pour l’économie de marché, remonte la pente avec désormais 41 % d’opinions favorables, à comparer aux 36 % observées en 2005. Comme quoi l’influence délétère prêtée aux enseignants de Sciences économiques et sociales demeure limitée ! Le Conseil pour la diffusion de la culture économique (Codice) a cependant encore du pain sur la planche pour guérir définitivement les Français de leur aversion au marché : les opinions négatives demeurent légèrement plus nombreuses (45 %) dans notre pays.

Article de Wojtek Kalinowski, déjà publié sur www.alternatives-economiques.fr sous le titre "Les doutes sur le laissez faire" et reproduit avec l'autorisation de l'auteur et de l'éditeur