Pour trouver des solutions aux grands problèmes sociaux, environnementaux et démocratiques qui se posent aujourd’hui, il faut, parmi bien d’autres choses, changer notre regard sur la richesse et sur sa mesure, et aller au-delà des indicateurs économiques usuels – comme le produit intérieur brut et la croissance économique. Mais ce travail nécessaire est-il seulement une affaire d’experts ?

Depuis des années, notamment en France, des réseaux de la société civile, militants associatifs et syndicaux, des acteurs des territoires et des chercheurs de plusieurs disciplines, travaillent cette question. Ils ont produit des réflexions de fond, commencé à mettre des indicateurs au service d’une réorientation de politiques publiques et de décisions privées. Ils se sont regroupés dans un réseau de coopération baptisé FAIR, Forum pour d’autres indicateurs de richesse.

FAIR ensemble

Notre forum est pluriel et ouvert à la diversité des approches et des conceptions de la richesse et de sa mesure. Mais trois points nous rassemblent. Ce sont eux que nous souhaitons voir pris en considération dans tous les efforts menés, selon différentes voies, pour aller « au-delà du PIB ». Nous aimerions les faire connaître largement et les mettre en débat. Et nous vous invitons à nous rejoindre pour ces débats.

  • Le premier relève de « l'éthique ». La raison de la recherche d'autres indicateurs tient à la volonté d'expliciter des fins qui sont hors d’atteinte si l’on s'en remet seulement aux valeurs actuelles accordant une priorité à l’économie marchande et monétaire. Ainsi, il convient de prendre en considération la santé sociale et environnementale et le développement humain durable.

  • Le second relève du « politique ». Nous pensons que l’on ne peut pas confier à des groupes d’experts, dont les contributions sont évidemment utiles, le soin de dire quelles sont les fins à considérer et comment les prendre en compte. La participation de la société, la délibération politique sont indispensables pour dire et sélectionner les fins que l’on vise, et pour pondérer les critères d’évaluation qui leur correspondent.

  • Le troisième est qu'il faut tirer leçon, en les mutualisant, des expériences existantes, des initiatives en cours, c'est-à-dire avoir une démarche qui parte des expériences de "terrain" sur des champs divers. Nous sommes rassemblés aussi parce que nous avons des expériences à partager de construction d'indicateurs.

Article mis en ligne le 20 mai 2008.