Tout n’est pourtant pas à jeter dans cette réforme. Ainsi l’AP (accompagnement personnalisé) a-t-il été introduit dans les nouveaux programmes, conformément aux attentes des professeurs. Mais cette nouveauté s’impose au détriment des langues vivantes et des sciences de gestion, qui perdent en importance dans l’emploi du temps. Le régime horaire hebdomadaire restera donc le même, mais les nouvelles heures d’accompagnement devront être assurées par la bonne volonté des professeurs. Sans oublier que cette réforme se fait dans un plus vaste contexte de blocage des rémunérations et de pénurie de postes, au sein duquel l’enseignant doit gérer des classes de plus en plus chargées.

L’APCEG s’interroge enfin sur la légitimité d’un nouveau changement nom de la filière (passée de STT à STG il y a 7 ans) alors même qu’elle n’est pas encore clairement identifiée par les parents d’élèves et les employeurs. Une filière qui n’a pourtant pas à rougir de ses résultats, avec plus de 80% de réussite au bac de la part d’élèves souvent « repêchés » en seconde.

Pour en savoir plus : http://www.apeg.info/nl-cr-entrevue-ministere2-mai-2011.pdf

Côme Bastin