Un projet : les comparaisons interrégionales de santé sociale

La mesure des disparités régionales en fonction de leur PIB/tête est un pâle reflet de la distribution inter-territoriale des richesses économiques (Gadrey, Jany-Catrice 2007). D’autres statistiques sont régulièrement mises en scène pour comparer entre elles les régions françaises. Celles-ci visent à tenir compte des transferts économiques intra-territoriaux, auquel cas, le revenu disponible brut (RDB) par personne sera souvent préféré (Auzet et al. 2007; Nolin et al. 1996; Demailly and Raynaud 2006), ou à mesurer les inégalités ou la pauvreté économiques. Par habitude, par convention, ou du fait du caractère parcimonieux des données sociales de niveau régional ou infra-régional, les observatoires et instituts statistiques tendent le plus souvent à retenir la variable du taux de pauvreté monétaire en guise de résumé de ces grands problèmes sociaux territoriaux (Auzet et al. 2007). Cette mesure est pourtant loin d’être satisfaisante et nourrit des débats importants, pour plusieurs raisons. D’une part du fait de la limite de la monnaie utilisée comme aune de la pauvreté (Messu, 2003) ; d’autre part, du fait des contingences des bases de données sur cette question de pauvreté monétaire, bases qui tiennent insuffisamment compte des différentes sources de revenus, en particulier de patrimoine (Concialdi, et alii, 2004). Cette insuffisance provient enfin et surtout du fait que les grands problèmes sociaux contemporains sont multidimensionnels (Miringoff et Miringoff, 1999) et s’accommodent mal d’une unique variable censée résumer le niveau de la santé sociale.

Mais comment identifier et mesurer cette multidimensionnalité territoriale sans qu’elle apparaisse comme une construction intellectuelle, une vue d’en haut, à la disposition d’une poignée d’experts, pour son contenu comme pour son interprétation? Pour tenter d’échapper, en partie, à ce risque, nous nous sommes appuyés sur une expérience innovante réalisée dans la région Nord-Pas-de-Calais. A l’issu d’un rapport sur les inégalités et la pauvreté réalisé pour le compte du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais (1) (Jany-Catrice, Kampelmann et alii, 2007), des groupes pluriels regroupant associations, experts, administratifs ont été mis en place et ont été le lieu de plusieurs séances de débats sur la base des interprétations que permettaient ou pas ce nouveau baromètre régional des inégalités et de la pauvreté. Des discussions engageant l’ensemble des acteurs ont concerné sa composition, mais aussi les pondérations des dimensions qui le composent.

Un indicateur synthétique multidimensionnel

C’est dans le prolongement de ces travaux sur les baromètres des inégalités et de la pauvreté (voir http://www.Bip40.org), que nous proposons ici cet indicateur synthétique de santé social. Cet ISS a, selon nous, deux mérites complémentaires aux initiatives précédentes : simplifié, il permet aussi la comparaison de toutes les régions françaises entre elles (2). Pour nous assurer une disponibilité de l’ensemble des données, nous proposons une comparaison des régions pour la seule année 2004. Le choix des variables (bien que plus secondairement) étant aussi lié au degré d’accessibilité aux statistiques, on peut envisager des mises à jour régulières de cet ISS. Celui-ci pourrait ainsi devenir un indicateur d’évolution de la santé sociale du territoire. Cet ISS reprend les 12 dimensions du baromètre conçu au niveau national, chacune résumée par une ou -plus rarement- deux variables (voir tableau 1, à télécharger plus bas). Le choix des variables s’inspire des débats des groupes de travail organisés dans la région Nord Pas de Calais.

Les variables étant d’unités disparates, on a procédé à une normalisation comparative (voir « méthodologie ») du type de celle retenue pour la construction de l’Indicateur de développement humain (Pnud 2007). On obtient un indicateur synthétique multidimensionnel compris entre 0 et 100 dont l’interprétation simple est la suivante. Plus l’ISS tend vers 100, meilleure est la santé sociale du territoire.

Résultats, comparaisons

Dans un premier temps, on identifie les grandes différences géographiques entre la répartition spatiale de la richesse économique entendue par le PIB/tête (graph. 1) et de la santé sociale (graph 2).

Graphique 1. Le PIB par tête. Graph 1

Graphique 2. L’indicateur de santé sociale (ISS) par région française graph 2



























On observe, à la lecture des graphiques, très peu de corrélations dans la répartition spatiale de la santé sociale quand on la compare à celle du PIB/tête: les régions économiquement riches se situent plutôt dans le centre et dans l’est et le sud est, tandis que les régions ayant une bonne santé sociale se situent plutôt dans le grand ouest français. Ensuite, les régions Nord-Pas-de-Calais, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d'Azur (qui comptent à elles trois 18,5% de la population française) présentent les santés sociales les plus précaires (graph 2). Et c’est le Limousin qui bénéficie, de loin, de la santé sociale la plus favorable.

Economie vs. social : l’Ile-de-France grande perdante

Lorsqu’on compare les indicateurs économiques et sociaux (voir tableau 2, à télécharger plus bas), on note que l’Ile de France bien qu’en excellente posture économique (son Pib/tête est 54% plus élevé que Rhône-Alpes, région en 2ème position), perd 14 places quand on la classe en termes de santé sociale, et se retrouve en bas du classement… entre la Lorraine et la Corse. La région PACA est sur une trajectoire comparable : elle perd 15 places selon le critère de classement retenu: 4ème en termes de Pib/tête, elle glisse à la 19ème position en termes de santé sociale.

A l’autre extrême, le Limousin et l’Auvergne, et dans une moindre mesure, la Bretagne et la France Comté sont nettement plus performantes en termes d’ISS qu’en termes de PIB/tête : elles gagnent respectivement 17, 11, 9 et 7 places. Le Limousin est dans une situation exceptionnelle puisque selon l’ISS, il est largement en tête de la santé sociale des régions françaises, gagnant ainsi 17 places dans le classement.

Des régions économiquement pauvres et à faible santé sociale

Le Languedoc Roussillon, le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie font pâle figure à l’aune de l’ensemble de ces indicateurs : en bas des classements en termes économiques, aucune de ces régions ne réussit à ajuster ses richesses économiques par une meilleure santé sociale : on les retrouve toutes trois en bas des deux classements (tableau 2).

Pas de corrélation entre richesse économique et santé sociale

On ne trouve aucune corrélation entre PIB/tête et ISS : (R²= 0,000). Autrement dit, plus de PIB ne rime certainement pas, dans les régions françaises, avec plus de santé sociale (3).

Graphique 3. L’absence de lien entre PIB/tête et ISS

grap3.jpg

En se concentrant uniquement sur les régions hors Ile-de-France dont on montre infra la situation tout à fait singulière au regard des variables qui constituent sa santé sociale, les corrélations demeurent peu significatives lorsqu’il s’agit d’unir PIB/tête ou RDB/tête et cet indicateur de santé sociale (voir graphique 4).

Graphique 4. L’absence de lien entre PIB/tête et ISS (hors Ile-de-France)
G4.jpg

L’Ile-de-France est en toutes dimensions atypique : soit ses performances sont largement meilleures que les autres régions françaises : accidents du travail, précarité, taux de pauvreté des enfants, espérance de vie, etc. ; soit cette région est dans la pire des situations : expulsion locative, crimes et délits mais aussi inégalités de salaire et taux d’ISF.

Graphique 5. Les variables de l’ISS appliquées à l’Ile de France graphique_5.jpg

Conclusion

En produisant un indicateur de santé sociale permettant de comparer les régions françaises selon leurs performances sociales, on note qu’aucune corrélation n’unit le PIB/tête et cet ISS, pas plus qu’il n’existe de corrélation entre RDB/tête et ce même indicateur. On montre ensuite que ce sont les régions du grand Nord et de l’extrême sud qui pâtissent d’un indicateur peu performant socialement, et que l’Ile-de-France est en toutes dimensions très contrastée: soit la plus performante socialement, soit la moins performante. En moyenne, elle est plutôt en bas des classements régionaux de santé sociale.

Florence Jany-Catrice et Rabih Zotti, CLERSE-Université Lille1. (Avril 2008.)


(1) Direction du Développement durable, de la Prospective et de l’Evaluation.

(2) Composé d’une batterie de 60 variables, le baromètre des inégalités et de la pauvreté initial est difficile à territorialiser, et nécessite le recours à des variables dont certaines sont inexistantes à ce niveau territorial d’observation (voir Jany-Catrice et alii, 2007 ; Gadrey et al. 2006).

(3) Le coefficient de corrélation reliant Pib/tête et taux de pauvreté est un peu plus élevé (R²= 0,1754).

MÉTHODOLOGIE

Normalisation comparative.
La valeur « 0 » est attribuée à la région qui possède la situation la plus dégradée et la valeur « 100 » à celle qui dispose de la meilleure situation. La moyenne des ces notes nous permet d’avoir un indicateur de santé social (ISS) comparable entre les régions.

ISS ou pauvreté monétaire?
En recourant à l’ISS plutôt qu’au taux de pauvreté, on identifie davantage de difficultés sociales en Ile de France (16 places de moins avec l’ISS qu’avec le taux de pauvreté), tandis que deux autres régions tirent infiniment mieux leur épingle du jeu : le Limousin qui gagne 16 places et l’Auvergne qui en gagne 12.

POUR EN SAVOIR PLUS

  • Auzet, L., M. Février, and A. Lapinte. 2007, Niveaux de vie et pauvreté en France, Insee Première 1162 (octobre).
  • Concialdi, P., Gadrey J., Levy C., 2004, « Cohésion sociale : des politiques à l’aveuglette », Le Monde, 2 juillet.
  • Demailly, D., and E. Raynaud. 2006, Vue d'ensemble : Revenus et pauvretés depuis 1996. In Les revenus et le patrimoine des ménages - Édition 2006, Insee. Paris.
  • Gadrey J., Jany-Catrice F., 2007, Les nouveaux indicateurs de richesse, ed. La Découverte, coll. Repères. 2ème ed.
  • Gadrey, J., M. Laffut, and C. Ruyters. 2006, Des indicateurs régionaux de développement humain dans le Nord-Pas-de-Calais et en Wallonie. In Etudes Prospectives Régionales ed. Conseil Régional Nord Pas de Calais, D2EP, Lille.
  • Jany-Catrice F., Kampelmann S. et alii, 2007, Inégalités et pauvreté dans le Nord pas de Calais : baromètres. Rapport pour le Conseil Régional Nord Pas de Calais, novembre.
  • Miringoff, Miringoff, 1999, The social health of the Nation: how America is really doing, Oxford University Press.
  • Messu, M., 2003, La pauvreté caché, une analyse bachelardienne du concept de pauvreté, ed. de l’Aube.
  • Nolin, A., B. Jacqueline, and M. Vaillard. 1996. Le revenu des ménages dans les régions. Insee Première, 436 (mars).
  • Pnud, Rapport sur le développement humain, diverses années.

Article mis en ligne le 20 mai 2008.