Les programmes de sciences économiques et sociales du lycée viennent d’être modifiés en profondeur. Cette évolution a entraîné un vif débat.

En tant que professeurs de SES, nous voulons témoigner du fait que les critiques formulées par l’APSES ne font pas l'unanimité, que les nouveaux programmes constituent à nos yeux une évolution positive et nécessaire de notre discipline. Ces programmes réaffirment l’assise scientifique des sciences économiques et sociales. En tant que défenseurs de l’esprit critique, nous ne pouvons que souscrire à cette approche qui s'appuie sur la maîtrise des méthodes et des concepts propres aux sciences sociales pour former des esprits autonomes, loin des préjugés et des fausses évidences. Sur cette base, nous nous inscrivons en faux contre les critiques récurrentes formulées à l'encontre de nos pratiques d'enseignement par les lobbies du monde de l'entreprise.

Les problèmes de mise en œuvre de ces programmes existent pourtant bel et bien, comme à chaque réforme d'ampleur, mais ils relèvent selon nous à la fois d'une formation continue insuffisante et des limites des structures d'enseignement en SES depuis la réforme Chatel (horaires, dédoublement).

Nous sommes ainsi plus de 120 professeurs de SES à signer une lettre ouverte au ministre de l’éducation (en pièce jointe) afin de défendre ces nouveaux programmes et demander des réformes sur les points qui nous semblent être réellement problématiques.

raphaelpradeau@gmail.com

Mis en ligne le 23/11/2012