A l’occasion de ses rencontres avec les syndicats enseignants, le ministère de l’Education nationale distille des informations sur le lycée Chatel. Avec cette double contrainte : ne pas alourdir les horaires des élèves et intégrer deux heures d’aide individualisée. Ce qui pousse à réduire les heures d’enseignement. Et il semble que les enseignements « d’exploration » doivent en faire les frais. Il s’agirait des disciplines exclues du « tronc commun »… dont les SES, et probablement une discipline technologique. Bref, on en revient à la situation actuelle, où les SES sont une option possible parmi les « enseignements de détermination », mais aggravée, les horaires passant de 2 heures 30 hebdomadaires à 1 heure 30. Une matière nouvelle pour les lycéens de seconde, mais marginalisée et avec un horaire réduit qui n’en permet pas un apprentissage méthodique. On peut comprendre l’agacement des professeurs de sciences économiques et sociales.

Dans son communiqué, l’Apses pointe la contradiction entre l’accent mis sur l’orientation éclairée des élèves et la place marginale octroyée à une discipline centrale d’une des séries de l’enseignement général, en ajoutant :

« Est-ce déraisonnable de proposer que, sur les sept années que compte le second degré, au moins une comprenne un enseignement annuel obligatoire de Sciences Économiques et Sociales ? »

Elle rappelle aussi qu’avant d’abandonner son projet de réforme, le prédécesseur de Luc Chatel, Xavier Darcos, avait admis le caractère indispensable d’un enseignement de sciences économiques et sociales dispensé à tous les élèves en classe de seconde.

De son côté, le Codice rappelle qu’un sondage qu’il avait commandé l’an dernier à TNS montrait que les deux tiers des sondés s’estiment mal informés sur les changements économiques, alors que les trois quarts jugent nécessaire l’accès aux connaissances économiques et que, pour ce faire, 85% sont favorable à une initiation à l’économie pour tous dans le secondaire.

Certes, le Codice ne parle que d’économie alors qu’on sait les professeurs de SES chatouilleux sur le « et sociales ».

Pour autant, voilà deux rappels dont Luc Chatel devrait tenir compte s’il ne veut pas avoir à affronter les mêmes oppositions que son prédécesseur.

Billet publié le 27 octobre 2009