Dans un communiqué de presse diffusé le 11 février 2009, l'Institut de l'entreprise annonce le lancement d'une réflexion « collective » sur l'entreprise de l'après-crise. « 4 chantiers seront menés en parallèle pour aboutir à la fin de l'année sur une série de recommandations. Chaque chantier sera piloté par un binôme de dirigeants d'entreprise », indique le communiqué. Voici la liste des thématiques abordées :

  • Comment favoriser la prise en compte du long terme par l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise ? Chefs de file : Jean-François Roverato, président-directeur général d’Eiffage, et Serge Weinberg, président du conseil d’administration d’Accor.
  • Comment redéfinir le rôle du manager dans l’entreprise ? Chefs de file : Daniel Chaffraix, président d’IBM France, et Pierre Mongin, président-directeur général de la RATP.
  • Comment définir les relations entre puissance publique et entreprises dans le monde de l’après-crise ? Chefs de file : Daniel Bouton, président du conseil d’administration de la Société Générale, et Philippe Carli, président de Siemens France.
  • Comment les entreprises peuvent-elles contribuer à la cohésion sociale dans le monde de l’après-crise ? Chefs de file : Jean-Paul Bailly, président-directeur général de La Poste, et Xavier Huillard, directeur général de Vinci.

Cette initiative est évidemment louable et rejoint par certains aspects des problématiques chères à l'Idies, notamment sur la prise en compte des parties prenantes de l'entreprise. On peut néanmoins regretter que l'économie sociale soit absente des réflexions de l'Institut de l'entreprise. Il y a pourtant deux modèles d'entrepreneuriat et les entreprises de l'économie sociale n'en sont pas moins des entreprises. L'expérience des entrepreneurs sociaux aurait pourtant été riche pour imaginer l'entreprise de l'après-crise. Même s'il faut se garder de tout angélisme : certaines banques appartenant au monde de l'économie sociale et solidaire ont été mêlées aux supbrime, à la faillite de Lehman Brothers ou même aux escroqueries de Madoff (sur ce sujet lire l'analyse de Pierre Dubois et Michel Abhervé). Mais justement, il aurait été intéressant de comprendre pourquoi se sont-elles aussi laissées entraîner dans la tourmente financière...

Mis en ligne le 11 février 2009.