Le TSD ne concerne que la sécurité dite démarchandisée parce qu’elle correspond à des revenus garantis indépendamment des marchés : englobant à la fois la sécurité sociale proprement dite et les sécurités correspondant aux aides, assistances et droits sociaux assurés aux personnes démunies par les collectivités locales et les organismes d’action sociale. L’insécurité économique que vivent les pauvres est déduite de ce taux, ce qui donne le taux de sécurité démarchandisée global (TSD) de la population.

La sécurité économique varie fortement selon les systèmes de protection sociale : de 6% du revenu moyen des personnes en emploi au Mexique, voire 13% aux États-Unis, à de 30% à 35% dans les 4 pays européens du Nord. Quand on enlève l’insécurité économique supportée par les pauvres, soit 17% au Mexique, 14% aux États-Unis, contre de 7% à 10% en Europe, on obtient des TSD allant de –11% à 28%, comme illustré dans les graphiques ci-dessous.

Les 3 pays européens du Sud sont dans une position intermédiaire : leur plus faible protection sociale et leur plus importante pauvreté se traduisent dans des TSD de 6% à 11%, voisins du niveau des pays de régime libéral comme le Canada (9%), le Royaume-Uni (8%) ou Israël (7%). Leur sécurité démarchandisée est inférieure à celle des 7 pays continentaux, mais néanmoins bien supérieure aux 1% ou 2% des régimes encore plus libéraux que sont l’Australie, la Russie ou, surtout, les États-Unis (-1%). TSD.jpg

Lecture : Ces deux graphiques explicitent les éléments positifs et négatifs entrant dans la composition de la sécurité démarchandisée. Ainsi, aux États-Unis en 2000, le TSD est négatif et ne vaut que -1 % du revenu disponible moyen des actifs ayant un emploi (soit la somme des sécurités retraite, chômage 9,2 %, maladie et invalidité 1,2 %, aide aux familles et aux démunis 1,7 %, moins l'insécurité des pauvres 14,3 %). En revanche, il s'élève en France à 19,8 % du revenu de référence moyen à la même date (avec des sécurités chômage et retraite de 21,7 %, maladie de 1,5 %, famille de 4,8 %, moins l'insécurité 8,2 %).

Pour en savoir plus : Menahem, Georges, « How can the decommodified security ratio assess social protection systems? », Luxembourg Income Survey – Instituto des Estudos Fiscales, Madrid, November 16th, Spain; et « Prestations sociales, sécurité économique et croissance en Europe », Revue de l’OFCE, N°103, Paris, pp. 291-322.

Mis en ligne le 1er septembre 2009.