Surtout pour les services statistiques ministériels, par nature plus fragiles, et « sous la pression directe de cabinets ministériels plus soucieux de communication que d'information et d'indépendance statistique », selon un document publié par plusieurs syndicats issus des services statistiques ministériels. Revue de détail d'un certain nombre d'entraves à l'indépendance de la statistique publique.

Rendu public en décembre 2008, ce document (à télécharger ci-dessous) recense quelques uns des « plus beau écarts » que les services statistiques ministériels ont eu a subir ces dernières années.


Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l'Education nationale :

L'intersyndicale dénonce un certain nombre de retards, voire de blocages d'études, par le cabinet du ministre de l'Education. Au lieu de publier les résultats de leurs enquêtes, la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère recevrait l'injonction d'adresser de simples notes internes aux cabinets des ministres. « Comment contrôler et vérifier l'exactitude de chiffres, s'ils ne sont plus rendus publics mais réservés à un usage interne », s'interrogent les syndicats. Le débat public sur l'école s'en trouve tronqué comme le montre la liste des sujets « bloqués » :

  • évaluations en lecture
  • maîtrise des compétences de base en Français
  • performances des élèves en CM2
  • départs en retraite des personnels de l'Education nationale
  • sorties du système scolaire sans qualification
  • absentéisme des élèves dans le second degré
  • etc.



Sous direction de la statistique et des études du ministère de la Justice :

Les statisticiens du ministère de la Justice subiraient une « emprise croissante du politique ». Ainsi le cabinet a imposé un suivi au jour le jour des tribunaux pour faire le bilan de la loi sur les peines planchers, ce qui heurte la déontologie des statisticiens de ce ministère. Par ailleurs ces derniers regrettent une « utilisation très spécieuses » des données statistiques par le ministère, notamment concernant l'augmentation de la délinquance juvénile, point qui ne fait pas consensus.


Direction de l'animation et de la recherche, des études et des statistiques du ministère de l'Emploi et de la Solidarité :

Au-delà de la polémique sur les chiffres du chômage, sur laquelle revient cette note, les syndicats dénoncent la publication dans l'urgence de données sur les heures supplémentaires sans préciser de manière suffisamment précise que leur augmentation traduisait essentiellement une meilleure déclaration des heures supplémentaires par les entreprises.


Service de la statistique et de la prospective du ministère de l'agriculture et de la pêche :

Enfin, le document se termine par le cas du ministère de l'Agriculture accusé de bloquer la sortie de publication traitant des pollutions agricoles ou de la place des femmes en agriculture.

Mis en ligne le 11 février 2009.


Lire le document complet :