Education


Cercle de recherche et d'action pédagogique (CRAP)

Le Cercle de recherche et d’action pédagogique (Crap), qui édite les Cahiers pédagogiques, est un mouvement pédagogique ouvert à tous les acteurs de l'école, de la maternelle à l'université. Engagé mais soucieux de son indépendance, il défend les valeurs de l’éducation nouvelle et milite pour une réelle démocratisation et transformation de l’école, ainsi que pour une révolution du métier d’enseignant. Créée en 1945, la revue est le produit d’un travail militant avec un souci constant de qualité. Elle allie la réflexion des enseignants de terrain sur leurs pratiques et les contributions des chercheurs.

Génération précaire

Le mouvement Génération précaire est né en septembre 2005 pour dénoncer le recours abusif des entreprise aux stages à répétition. Depuis, il milite pour une réforme du statut des stagiaires, en l’inscrivant notamment dans le code du travail et en instaurant une rémunération minimale équivalente à la moitié du Smic.


Entreprise et éducation

L'Association jeunesse et entreprises

L'Association jeunesse et entreprises (AJE) milite pour le rapprochement du monde de l'entreprise et du monde de l'éducation, en vue de faciliter l'intégration des jeunes vers l'emploi. Trois axes orientent son action : faire découvrir la vie en entreprise et la vie de l'entreprise auprès des jeunes et des enseignants ; faire connaître l'évolution des métiers pour une bonne adéquation de l'offre et de la demande ; faire émerger les tendances et les outils mis en place pour aider à l'intégration des jeunes dans le monde du travail.

Positive entreprise

Positive entreprise est une association qui vise à favoriser le rapprochement entre les jeunes et les métiers de l’entreprise, par réalisation de publications, par l’organisation de conférences, de séminaires, de réunions et par l’organisation d’actions d’informations ou de lobbying. Apolitique, elle n’est adossée à aucun parti politique, structure patronale ou syndicale.

Justice et libertés


Cimade

La Cimade (fondée en 1939 au sein des mouvements de jeunesse protestants), accueille et accompagne chaque année plusieurs dizaines de milliers de migrants et de demandeurs d'asile dans ses permanences. Elle contribue à leur insertion par l'organisation de formations spécifiques, mais aussi en leur apportant son expertise et ses conseils juridiques. Intervenant dans les centres de rétention administrative, la Cimade est chargée par les pouvoirs publics d'une mission d'accompagnement et de défense des droits des étrangers contraints de quitter le territoire. Enfin, elle propose aussi des mesures de solidarité avec les pays d’émigration.

Claris

Depuis 2001 et à l'initiative du chercheur Laurent Mucchieli, le groupe Claris anime un site Internet consacré aux questions d'insécurité et aux réponses apportées, qu'elles prennent la forme de politiques pénales, policières, éducatives et sociales. Pour compléter ce site et offrir un espace plus réactif, Claris a désormais un blog.

Observatoire international des prisons (OIP)

Les Etats généraux de la condition pénitentiaire ont réuni des syndicats et des associations comme la CGT-Pénitentiaire, le Syndicat de la magistrature ou la Fnars. Leur déclaration finale rédigée en novembre 2006 appelle à une « profonde réforme du régime des prisons », passant par une loi redéfinissant les droits des détenus, faisant de la privation de liberté une sanction de dernier recours, mettant en place des structures d’accueil spécifiques pour les personnes souffrant de graves troubles psychiatrique (celles dont l’état est incompatible avec la détention seraient libérées), etc. Cette déclaration a été notamment soumise aux candidats à l’élection présidentielle.

Questions urbaines


AC-le feu

AC-le feu (Association collectif liberté égalité fraternité ensemble unis) a vu le jour au lendemain des révoltes de novembre 2005. Elle a collecté des témoignages et des propositions auprès des habitants des quartiers sensibles dans des cahiers de doléances. On y trouve à la fois des revendications très générales (lutte contre le chômage ou la précarité, contre les discriminations) et des exigences plus précises comme celle d’une allocation d’autonomie pour les jeunes, davantage de place en BTS et en IUT, l’apprentissage de la conduite assuré dans le cadre scolaire, etc.

Ville et banlieue

L’association des maires Ville et banlieue a lancé un manifeste des villes de banlieue afin de défendre la politique de la ville, qui « n’a jamais eu les moyens » nécessaires pour lutter contre la dégradation de la situation des communes périphériques. 12 mesures (décrites avec précision) en découlent : une péréquation nationale pour corriger les inégalités entre commune, appliquer la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) pour développer l’offre de logements sociaux dans toutes les communes, relier efficacement les banlieues aux réseaux de transports en commun, lutter contre l’échec scolaire en créant « des collèges et lycées d’excellence en banlieue », créer un ministère des Territoires, etc.

Santé


Fédération nationale de la mutualité française (FNMF)

La FNMF fédère les mutuelles qui proposent une couverture complémentaire à celle de la sécurité sociale. Elle contribue parallèlement à défendre le principe d'une protection sociale solidaire, profitant à tous, et à développer des outils d'information de qualité sur les questions de santé et d'assurance-maladie. Elle soutient notamment, en partenariat avec la Macif, la Matmut, l'UNPMF et la FMF, le magazine Santé et Travail, trimestriel de référence sur les risques professionnels.

Syndicat de la médecine générale

Le syndicat de la médecine générale (SMG) s’engage « pour un projet alternatif du système de santé ». Il réclame entre autre pour toutes les régions un nombre de soignants qui soit proportionnel au nombre d’habitants et un accès aux soins plus facile pour les populations les plus exposées aux travaux pénibles (travailleurs migrants notamment). Il analyse également les propositions des partis politiques en matière de santé.